LOWELL, Mass., 09 sept, 2019

En ce « Jour national d’échange patron-employé », les responsables doivent penser sérieusement à donner les rênes à leurs employés pour la journée afin de tester une nouvelle recherche selon laquelle sept employés sur dix dans le monde (69 %) affirment pouvoir faire le travail de leur patron mieux que lui, bien que près du même nombre de travailleurs (71 %) donnent à leur patron la note B ou supérieure pour ses compétences.

Cette recherche, intitulée « L’état général des responsables » (Global State of Managers), a été effectuée par le Workforce Institute de Kronos Incorporated et Future Workplace, qui ont étudié la manière dont près de 3 000 employés en Australie, au Canada, en France, en Allemagne, en Inde, au Mexique, au RU et aux É.-U. évalueraient l’efficacité de leur responsable selon cinq facteurs : la communication, les compétences, l’habilitation, le perfectionnement professionnel et le soutien.

Dans les faits

  • Le bulletin du responsable pour l’efficacité : les employés ont donné à leurs responsables une excellente note pour les compétences, mais les ont presque coulés pour la conciliation travail-famille et l’encadrement.
    • En général, les responsables font bien leur travail, la majorité des employés leur donnant un A ou un B pour les compétences (71 %) – la note la plus élevée qui a été donnée – et l’éthique du travail (70 %).
    • Les patrons ont aussi reçu des notes élevées (B ou supérieure) pour la communication, la gestion des personnes et le traitement des problèmes de rendement (67 % pour tous).
    • Cependant, plus l’employé est âgé, plus il critique son patron : les baby-boomers1 et la génération X évaluent les responsables plus sévèrement leur donnant la note C, D ou F pour l’ensemble des qualités de gestion des personnes (37 % et 38 % respectivement).
    • Dans le monde, la relation employé-responsable reste décisive : 70 % des employés disent que la relation avec leur responsable est un facteur extrêmement ou très important pour rester en poste et 22 % disent que c’est plus ou moins important. Les millénaux (79 %) et les employés de la génération Z (73 %) sont ceux pour qui la relation avec leur responsable est plus importante pour rester en poste, comparé à leurs collègues de la génération X (66 %) et baby-boomers (62 %).
  • Tout ce que tu fais, je peux le faire mieux! Près de sept personnes sur dix pensent qu’elles peuvent faire le travail de leur patron plus efficacement que lui.
    • Bien que les patrons dans le monde sont bien estimés par leurs employés, ces derniers pensent qu’ils pourraient gérer encore plus efficacement, les jeunes millénaux (73 %) et la génération Z (70 %) étant les plus persuadés de pouvoir faire mieux.
    • En se fondant sur la note C, D, ou F donnée, au moins un employé sur trois pense que son responsable pourrait améliorer la conciliation travail-famille (37 %); l’encadrement pour un obtenir un meilleur rendement (37 %); le traitement des problèmes de rendement (33 %); et la communication (33 %).
    • Pour l’ensemble des qualités de gestion des personnes, la majorité des travailleurs donneraient à leur patron la note de passage, soit un A (26 %), un B (37 %) ou un C (25 %). Toutefois, 4 % des employés donnent sans hésitation un F pour le rendement.
  • Les responsables en France, en Allemagne et au RU ont reçu les plus mauvaises notes pour les compétences, tandis que les travailleurs en Inde et au Mexique sont les plus heureux en général...excepté pour une chose importante.
    • Les employés en Inde sont de loin les plus satisfaits de leurs responsables, dont au moins huit employés sur dix leur donnent un A ou un B dans chaque catégorie. Inversement, les travailleurs en France, en Allemagne et au RU sont de loin les plus pessimistes concernant le rendement de leur responsable, ces pays s’étant classés parmi les trois plus faibles dans toutes les catégories du sondage.
    • Voici le classement des pays dans lesquels les employés ont donné à leurs responsables un A ou un B pour les compétences essentielles du sondage :
      • Les plus compétents : Inde (87 %); Australie (76 %); Canada (75 %); Mexique (75 %); É.-U. (71 %); Allemagne (62 %); RU (61 %); et France (59 %).
      • Les meilleurs communicateurs : Inde (90 %); Mexique (74 %); Australie (68 %); Canada (68 %); É.-U. (67 %); Allemagne (59 %); France (58 %); et RU (56 %).
      • Les responsables les plus travailleurs : Inde (81 %); Australie (75 %); É.-U. (73 %); Canada (72 %); Mexique (70 %); Allemagne (63 %); RU (62 %); et France (58 %).
      • Les meilleurs en encadrement au travail : Inde (83 %); Mexique (70 %); É.-U. (64 %); Australie (63 %); Canada (61 %); France (56 %); Allemagne (55 %); et RU (51 %).
      • Les meilleurs pour traiter les problèmes de rendement : Inde (86 %); Mexique (73 %); É.-U. (70 %); Australie (68 %); Canada (66 %); Allemagne (59 %); RU (57 %); et France (56 %).
      • Les modèles pour la conciliation travail-famille : Inde (80 %); Mexique (70 %); Canada (65 %); É.-U. (65 %); Australie (62 %); France (55 %); Allemagne (55 %); et RU (53 %).
    • Malgré avoir classé leurs responsables les meilleurs dans toutes les catégories, un impressionnant 95 % des employés en Inde disent quand même qu’ils feraient un meilleur travail que leur patron tout le temps (47 %) ou une partie du temps (48 %). Ce sentiment est partagé par 87 % des travailleurs mexicains et par 71 % des travailleurs français. Les travailleurs au Canada (61 %) et aux É.-U. (59 %) sont ceux qui pensent le moins pouvoir faire le travail de leur patron mieux que lui, ce qui représente quand même plus de la moitié de tous les employés.
  • Les responsables des secteurs de première ligne ont du pain sur la planche, tandis que les responsables des secteurs technologique et des services professionnels reçoivent les notes les plus élevées.
    • Les responsables du secteur technologique sont généralement les mieux cotés, ayant reçu les notes les plus élevées (A ou B) pour la gestion des personnes (81 %), la communication (75 %) et la conciliation travail-famille (70 %).
    • Les responsables des services professionnels (par ex. : les comptables, les ingénieurs et les avocats) se sont classés en deuxième position, 70 % des employés leur ayant donné un B ou une note supérieure pour la gestion des personnes et la communication.
    • Les employés des secteurs technologique (77 %) et financier (70 %) disent avoir une relation solide ou très solide avec leur patron, suivis par la fabrication (62 %); l’éducation (61 %); le commerce (61 %); et les services professionnels (61 %).
    • Les responsables laissent à désirer en ce qui concerne la conciliation travail-famille dans les secteurs de première ligne – c.-à-d. ceux qui doivent être présents pour faire leur travail – avec 53 % des employés du gouvernement fédéral, 42 % du secteur des soins de santé et 42 % du commerce qui ont donné à leur patron la note C ou une note inférieure.
    • En ce qui a trait strictement aux compétences, c’est le talon d’Achille des responsables, puisqu’ils ont reçu un C ou une note inférieure des employés du secteur public (44 %); du gouvernement fédéral (39 %); des transports, de la distribution et de la logistique (35 %); et des soins de santé (34 %).
    • Plus d’un employé sur trois donne la mauvaise note C ou pire pour l’éthique du travail de leur responsable au gouvernement fédéral (37 %); du secteur des soins de santé (34 %); des transports, de la distribution et de la logistique (34 %); et de la fabrication (33 %).

Commentaires à l’appui

  • Joyce Maroney, directeur administratif, The Workforce Institute at Kronos
    « Comme le monde du travail continue d’évoluer et de nouvelles générations entrent sur le marché du travail, les styles, les préférences et les perceptions continueront de changer. Le nombre de responsables millénaux augmente et avec eux la façon de voir la gestion et le style de travail changera aussi. Alors que les étudiants d’hier sont les enseignants d’aujourd’hui, les entreprises doivent avoir un plan de cours clairement défini pour développer le leadership et l’efficacité dans les domaines clés afin de mettre les futurs responsables sur la voie du succès. »
  • Dan Schawbel, auteur à succès et directeur de la recherche, Future Workplace
    « Il n’est pas étonnant que les employés dans le monde pensent qu’ils peuvent accomplir le travail de leur responsable plus efficacement, particulièrement lorsque l’écart entre les générations continue de s’élargir. Les entreprises doivent prendre note de l’état de leurs responsables et continuer à les former en se concentrant sur le développement relationnel, la communication et l’empathie, tout en s’assurant qu’ils puissent régulièrement passer assez de temps avec leurs employés pour assurer l’harmonie et la satisfaction de manière générale ».

Ressources à l’appui


À propos du Workforce Institute at Kronos

The Workforce Institute at Kronos fournit des résultats de recherches et informe sur des sujets critiques en milieu de travail auxquels les entreprises dans le monde entier sont confrontées. En réunissant des leaders éclairés, The Workforce Institute at Kronos est particulièrement en mesure d’apporter aux entreprises les connaissances et l’information dont elles ont besoin pour gérer efficacement leurs effectifs, et donner aux employés l’occasion de se faire entendre sur des questions importantes du travail. Ce qui caractérise la recherche au Workforce Institute est la conciliation des besoins et des désirs de diverses populations d’employés, avec les besoins des entreprises. Pour de plus amples renseignements, visitez www.workforceinstitute.org.

À propos de Kronos Incorporated

Kronos est un important fournisseur de solutions infonuagiques de gestion des effectifs et du capital humain. Les applications de gestion des effectifs de Kronos adaptées aux divers secteurs d’activités sont spécialement développées pour les commerces, les fournisseurs de soins de santé, les établissements d’enseignement et les organismes gouvernementaux de toutes tailles. Des dizaines de milliers d’organisations – incluant la moitié des organisations Fortune 1000® – et plus de 40 millions de personnes réparties dans plus de 100 pays utilisent une solution Kronos chaque jour. Visitez le www.kronos.ca. Kronos: Workforce Innovation That Works™.

###

Méthodologie du sondage

###