LOWELL, Mass., 05 août, 2020

La sécurité administrative est primordiale durant la pandémie de la covid-19, et une communication transparente est critique : un récent sondage de Kronos Incorporated mené par The Harris Poll indique que près de 9 employés sur 10 aux É.-U. (86 %) croient que leur employeur a une « obligation » de les aviser s’ils ont été en contact avec un collègue qui a reçu un résultat positif pour la covid-19.  Ce sentiment est partagé par une majorité d’employés aux É.-U. qui se rendent actuellement au travail (89 %) et qui travaillent à la maison en raison de la pandémie (86 %).

Deux sondages distincts de Kronos — un mené en ligne auprès de 1 226 adultes travaillant aux É.-U. par The Harris Poll, et l’autre mené auprès de 3 903 employés dans 10 pays par Workplace Intelligence — aident à combattre une fausse idée sur la recherche des contacts exposés à la covid-19 qui suggère que les préoccupations des employés en matière de protection de la vie privée l’emportent sur les préoccupations liées à la sécurité.  En fait, la vaste majorité des employés interrogés dans le monde par Workplace Intelligence (86 %) sont d’accord à divers degrés avec la recherche des contacts faite par l’employeur, ce qui pourrait mettre à l’aise un effectif peut disposé au risque.

Dans les faits

  • Alors que les entreprises aux É.-U. demandent de plus en plus à leurs employés de retourner au travail, les préoccupations de ces derniers doivent être prises en compte.
    • Près de 9 employés sur 10 aux É.-U. (88 %) travaillent actuellement de la maison en raison de la covid-19 et ne voudraient pas retourner au travail s’il y avait une augmentation des cas de covid-19 dans leur région, ce qui impacterait les plans de réouverture des employeurs. (Source : Kronos et The Harris Poll.)
    • De plus, 66 % des employés aux É.-U. qui se rendent actuellement au travail pensent la même chose : 2 employés sur 3 ne voudraient plus se rendre à leur lieu physique de travail s’il y avait une augmentation des cas de covid-19 dans leur région. (Source : Kronos et The Harris Poll.)
  • Partout dans le monde, les effectifs s’attendent à ce que les employeurs créent des lieux de travail aussi sécuritaires que possible.
    • En général, 3 employés sur 4 (75 %) disent faire confiance à leur employeur pour créer un environnement de travail physiquement sécuritaire et sain. Les employés en Amérique du Nord (Canada : 80 %; Mexique : 80 %; É.-U. : 76 %) sont plus confiants que ceux en Europe (GB : 74 %; Allemagne : 67 %; France : 63 %; Pays-Bas : 63 %), tout comme le sont les employés à temps plein (77 %) comparés aux employés à temps partiel (68 %) partout dans le monde.  (Source : Kronos et Workplace Intelligence.).
    • Cette confiance s’étend à la recherche des contacts au travail : 86 % des employés dans le monde sont au moins « un peu » d’accord avec la recherche des contacts faite par l’employeur pour assurer la sécurité administrative. En fait, près de la moitié (45 %) sont « très » ou « beaucoup » d’accord, tandis que juste 29 % et 12 % sont respectivement soit « quelque peu » ou « un peu » d’accord avec la recherche des contacts faite par l’employeur.  (Source : Kronos et Workplace Intelligence.)
  • Étant donné le peu d’employés opposés au concept de la recherche des contacts au travail, la question que les employeurs doivent se poser n’est pas « devrions-nous», mais « comment devrions-nous aborder la recherche des contacts? »
    • Pour protéger la sécurité administrative, près de la moitié des employés (48 % dans le monde; 50 % aux É.-U.) disent être « très » ou « beaucoup » d’accord avec une approche de la gestion des effectifs à la recherche des contacts, c.-à-d. permettre à leur employeur d’utiliser les enregistrements des horaires de travail pour identifier et gérer les employés qui ont été exposés au virus au travail et empêcher qu’ils ne le transmettent. (Source : Kronos et Workplace Intelligence.)
    • Les employés acceptent aussi la recherche des contacts faite par l’employeur à l’aide des enregistrements du contrôle d’accès et des déplacements dans le lieu de travail (48 % dans le monde; 51 % aux É.-U.), tandis que 2 employés sur 5 (39 % dans le monde; 40 % aux É.-U.) sont « très » ou « beaucoup » à l’aise de permettre à leur employeur de tirer parti de leur appareil mobile pour rechercher les contacts. (Source : Kronos et Workplace Intelligence.)
    • La génération Z et les millénariaux plus jeunes1 dans le monde affirment de manière uniforme être à l’aise avec diverses formes de recherche de contacts comparé aux autres générations (49 % et 48 % sont respectivement au minimum « très » à l’aise), tout comme les employés en Inde (66 % sont au minimum « très » à l’aise) comparé aux autres pays sondés. Finalement, seuls 14 % des employés dans le monde ne sont « pas du tout » à l’aise avec la recherche de contacts au travail.  (Source : Kronos et Workplace Intelligence.)

Commentaires à l’appui

  • Gregg Gordon, vice-président, Industrie, Kronos
    « Les employés ont fait savoir qu’ils sont préoccupés par la sécurité au travail, mais qu’ils font généralement confiance à leur employeur pour prendre soin d’eux.  Cela devrait indiquer aux employeurs qu’ils doivent réagir et prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les travailleurs physiquement et mentalement durant la covid-19, qu’importe s’ils ont travaillé durant toute la pandémie, sont récemment retournés au travail ou ne seront pas de retour avant quelques mois.  Selon les données, les employés ne refusent pas les méthodes de recherche de contacts utilisées par l’employeur, bien que l’éducation et une communication transparente ne peuvent être négligées lorsque de nouvelles politiques ou de nouveaux protocoles de sécurité administrative sont appliqués. »

Ressources à l’appui


À propos de Kronos Incorporated

Kronos est un important fournisseur de solutions infonuagiques de gestion des effectifs et du capital humain.  Les applications de gestion des effectifs de Kronos adaptées aux divers secteurs d’activités sont spécialement développées pour les commerces, les fournisseurs de soins de santé, les établissements d’enseignement et les organismes gouvernementaux de toutes tailles.  Des dizaines de milliers d’organisations – incluant la moitié des organisations Fortune 1000® – et plus de 40 millions de personnes réparties dans plus de 100 pays utilisent une solution Kronos chaque jour.  Kronos a fusionné avec Ultimate Software le 1 er avril 2020, pour créer l’une des entreprises de gestion des effectifs et du capital humain les plus innovantes du monde.  Visitez le fr.kronos.ca.  Kronos : Workforce Innovation That Works™.

À propos d’Ultimate Software

Ultimate Software est un important fournisseur mondial de solutions infonuagiques pour la gestion du capital humain (GCH) et l’expérience employé qui compte plus de 51 millions d’enregistrements de personnes dans le nuage.  Son logiciel primé UltiPro offre des solutions de gestion des RH, de la paie, des talents, et du temps et de la main-d’œuvre, ainsi que de prestation de services pour les RH.  Fondée en 1990, Ultimate est basée à Weston en Floride et compte plus 6 000 professionnels.  Pour en savoir plus, visitez le www.ultimatesoftware.comUltimate Software : People First.

###

Méthodologie de sondage : The Harris Poll

Ce sondage a été mené en ligne aux États-Unis par The Harris Poll pour Kronos du 14 au 16 juillet 2020 auprès de 2 069 adultes âgés de 18 ans et plus, parmi lesquels 1 226 travaillent.  Ce sondage en ligne n’est pas fondé sur un échantillon aléatoire et par conséquent on ne peut faire aucune estimation du taux d’erreur d'échantillonnage théorique.  Pour connaître la méthodologie complète du sondage, y compris les variables de pondération et les tailles des échantillons du sous-groupe, veuillez communiquer avec [email protected].

Méthodologie de sondage : Workplace Intelligence

Les résultats de l’enquête sont fondés sur un sondage mené par Savanta, Inc. aux É.-U. du 22 au 30 juin 2020.  Pour ce sondage, des questions générales ont été posées à 3 903 répondants américains et internationaux pour explorer le leadership et les attitudes des employés par rapport à la confiance au travail, la transformation numérique et la réponse à la crise et sa gestion.  L’étude ciblait des personnes âgées de 18 à 55 ans.  Les répondants sont été recrutés à l’aide de différents mécanismes et par différentes sources pour joindre les panels et participer aux études de marché.  Tous les participants sont passés deux fois par un processus d’adhésion optionnelle et ont obtenu en moyenne 300 points de données de profilage avant de participer aux sondages.  Ils ont été invités à participer au sondage par courriel et ont reçu en échange un petit incitatif monétaire.  Les résultats d’un échantillon sont sujets aux variations d’échantillonnage.  L’amplitude de la variation est mesurable et influencée par le nombre d’entrevues et le pourcentage qui exprime les résultats. Dans l’étude qui nous concerne, les chances qu’un résultat de sondage ne varie plus ou moins de 1,6 point de pourcentage du résultat qui aurait été obtenu si les entrevues avaient été faites avec toutes les personnes dans le monde représentées par l’échantillon sont de 95 sur 100.